Sprache: F

Einfach, schnell und neutral informiert
Wirtschaft > Geld- und Währungspolitik
Le marché des capitaux

Le marché des capitaux est très important pour le bon fonctionnement de l’économie. Les banques jouent un rôle particulier dans ce domaine. Cet article offre un aperçu général des activités principales d’une banque et met en lumière certains des risques associés aux activités bancaires. Plus loin, nous discuterons de la possibilité alternative d’échanger des capitaux en bourse.

Banques : offre et demande de monnaie

La description du marché des capitaux qui suit met principalement l’accent sur les services bancaires. En effet, sur le marché des capitaux, la banque joue un rôle important dans la distribution de l’argent. Avant tout, nous nous concentrerons sur l’activité de base d’une banque; le système de crédit. Il ne faut cependant pas oublier qu’une banque offre également d’autres services tels que les opérations de haut de bilan (banque d’investissement).

Le cycle économique nous montre que la banque facilite les flux monétaires entre les ménages et les entreprises. En effet, elle réunit les épargnants et les emprunteurs : elle transfère l’épargne des ménages sous forme de prêts aux entreprises et à d’autres ménages. Les épargnants et les emprunteurs interagissent ainsi plus facilement et plus rapidement que s’ils cherchaient seuls à se contacter. La banque gagne de l’argent à travers ce processus. De fait, elle ne verse pas aux épargnants la totalité des intérêts qu’elle reçoit des débiteurs (les emprunteurs). Ces relations sont illustrées à la figure 1.



Figure 1 : Le cycle économique

Les intérêts ont aussi une autre fonction importante pour le marché des capitaux. Ils font office de prix, qui entraînent une augmentation de l’offre avec leur augmentation. Simultanément, cependant, la demande d’argent diminue. En effet, lorsque les taux d’intérêt sont élevés, un fournisseur est plus disposé à offrir son argent parce qu’il gagne alors plus. Inversement, à taux d’intérêt plus élevés, l’argent emprunté devient plus cher pour le débiteur et il en demande donc moins.

Origine et création de l’argent

Nous devons nous demander d’où vient l’argent que la banque fournit aux emprunteurs. D’une part, comme nous l’avons déjà mentionné, il s’agit des dépôts des épargnants. De nombreux ménages ou personnes ne veulent pas utiliser immédiatement la totalité de leur revenu. Ils peuvent alors mettre cet argent en réserve en l’apportant à la banque, où ils gagnent aussi des intérêts. Dans la section suivante sur le marché boursier, nous verrons quelles sont les autres possibilités pour investir de l’argent. En outre, les banques peuvent également se prêter de l’argent entre elles ou s’en procurer auprès de la Banque nationale. Des capitaux supplémentaires sont encore générés à travers ce qu’on appelle la création monétaire lorsque les banques prêtent de l’argent. Contrairement à la création d’espèces, quand la banque centrale imprime les billets et les pièces de monnaie, les banques commerciales créent ce que l’on appelle de la « monnaie scripturale ». Cela fonctionne de la manière suivante : la personne A souhaite investir une partie de ses revenus et dépose 10 000 CHF à la banque. La Banque doit se conformer à une directive de la Banque centrale : elle doit conserver 10 % des dépôts comme réserve de sécurité (dite réserve minimum). La banque retient donc 1 000 CHF (10 % de 10 000 CHF) et peut prêter 9 000 CHF à la personne B qui en a besoin. Bien que seuls les 10 000 CHF déposés par la personne A soient effectivement disponibles, les comptes de la personne A (10 000 CHF) et de la personne B (9 000 CHF) totalisent 19 00 CHF. Mais le processus de création de monnaie ne s’arrête pas là. En effet, si la personne B retire maintenant son crédit de 9 000 CHF et les dépense pour une voiture, par exemple, ces 9 000 CHF se retrouvent sur le compte du garagiste, qui peut à son tour à la banque les mettre à disposition de la banque. Le processus recommence alors depuis le début, avec 9 000 CHF au lieu de 10 000. Cela se répète jusqu’à ce que le montant soit trop petit. Le montant d’argent ainsi créé dépend du pourcentage de réserve obligatoire qui est prescrit. Il détermine ce que l’on appelle le multiplicateur monétaire. On calcule le montant qui peut être créé par ce multiplicateur monétaire sur la base du taux de réserves obligatoires. Dans notre exemple, avec une réserve minimum de 10 %, chaque franc peut être multiplié par 10. Le dépôt de la personne A (10 000 CHF) se transforme à lui seul en 100 000 CHF de monnaie scripturale. Dans la pratique, cependant, d’autres facteurs limitent cette création de monnaie. Par exemple, les retraits d’espèces effectués par les clients, pour lesquels les banques nécessitent des dépôts plus importants, ou lorsque les banques conservent volontairement plus de 10 % de réserves afin d’éviter des pénuries de liquidités.

Services bancaires

La banque utilise les fonds qu’elle reçoit pour fournir divers services. Ils comprennent les transactions financières, les octrois de crédit, les conseils et les prestations de services. En outre, l’interaction de nombreux épargnants et emprunteurs (regroupement) se traduit par un certain nombre d’avantages spécifiques à la banque, qu’il faut mentionner brièvement.

Transactions de paiement

Les transactions financières sont probablement le service le plus connu offert par les banques. Elles permettent d’effectuer des paiements sans espèces par carte de débit ou de crédit ainsi que des virements bancaires. Comme nous pouvons transférer de l’argent facilement via e-banking et que nous n’avons pas besoin de le déposer ou même de l’apporter personnellement, nous évitons ce qu’on appelle des frais de transaction appelés « coûts d’usure ».

Octroi de crédits

Comme nous l’avons vu dans l’exemple de l’achat d’une voiture, la banque prête de l’argent aux emprunteurs sous forme de prêts. Les débiteurs ne sont pas seulement des particuliers, mais peuvent aussi être des entreprises. Les prêts qu’ils contractent sont particulièrement importants parce qu’ils peuvent investir cet argent. Ils restent donc compétitifs à long terme.

Les hypothèques constituent une autre forme de prêt. Ces prêts encouragent la construction, l’acquisition et la modernisation de biens immobiliers. Les prêts hypothécaires sont également appelés créances « garanties » parce que le bien concerné est déposé en garantie du prêt. Si le débiteur n’est plus en mesure de payer sa dette, le bien revient à la banque (à la place de l’argent).

Lors de l’octroi de prêts, la banque vérifie si l’emprunteur (personne B) est en mesure de rembourser l’argent. Cette enquête de solvabilité réduit le risque que l’épargnant ne puisse pas rembourser le prêt. En effet, la banque n’accorde de prêts qu’aux personnes qui sont très susceptibles de pouvoir les rembourser. Par conséquent, les banques, entre autres, se sont spécialisées dans l’évaluation de ces risques. À cette fin, la banque obtient un aperçu général de la situation de l’emprunteur en termes de fortune et de revenus. Elle facture de l’argent pour ce travail. C’est une des raisons pour lesquelles la banque ne reverse pas la totalité des intérêts qu’elle reçoit du débiteur à l’épargnant.

Conseil & prestations de services

Afin que les gens puissent investir leur argent de manière rentable, la banque offre des conseils et des services spéciaux. Le conseiller recommande à l’investisseur les produits les mieux adaptés en fonction de sa tolérance au risque. Il doit trouver un compromis entre le produit qui convient le mieux à l’investisseur et celui qui rapporte le plus à la banque. La personne A, par exemple, est très peu encline à prendre des risques et préfère investir dans des placements sûrs, dont elle tire cependant un rendement relativement inférieur.

Outre les services de conseil, l’offre de services d’une banque comprend également la gestion de fonds de la clientèle privée et commerciale. Le client peut choisir entre des systèmes gérés de manière active ou passive. Les fonds gérés activement sont entre les mains d’un spécialiste (gestionnaire de portefeuille). Il détermine dans quels produits investir (p. ex., dans quelles actions, obligations, etc.). Dans le cas des fonds gérés passivement, par contre, un certain montant est investi dans les actions de l’ensemble de la bourse suisse. Ces processus permettent de fournir de l’argent aux entreprises qui génèrent une forte valeur ajoutée pour la population et des bénéfices importants. En d’autres termes, le capital disponible, qui est limité, est réparti de manière optimale.

Regroupement

Comme nous l’avons déjà mentionné, la banque met en contact un grand nombre d’épargnants et de débiteurs différents. Divers avantages en résultent.

Valeur unitaire et prise en charge du risque de défaillance

En raison du grand nombre de prêts émis par une banque, le risque de défaillance diminue, mais aussi le retour sur investissement. En effet, celle-ci utilise l’argent de chaque épargnant pour distribuer plusieurs prêts, comme le montre la figure 2.



Figure 2 : Diversification du défaut de paiement

Pour la personne A, il n’est alors plus important que la personne B soit en mesure de rembourser son prêt (risque de défaillance). De fait, le risque de défaillance de la personne B est réparti entre plusieurs personnes. C’est-à-dire que le crédit de la personne B est constitué de l’argent de plusieurs épargnants différents. Cette répartition des risques s’appelle la constitution d’un portefeuille. Alors que l’enquête de solvabilité réduit le risque de défaillance, il est ici redistribué à l’ensemble des investisseurs.

Cela signifie que l’argent de la personne A est détenu par plusieurs débiteurs. Ce qui l’intéresse, c’est donc combien d’entre eux ne sont pas capables de rembourser leur emprunt.

La banque veut aussi savoir si un débiteur ne pourra plus rembourser son emprunt. En effet, une défaillance diminue le bénéfice de la banque, car il lui manque alors une partie de l’argent qu’elle a prêtée. C’est à nouveau une des raisons pour lesquelles elle retient une partie de l'intérêt du prêt des épargnants. De cette façon, les coûts de défaillance sont répercutés sur les investisseurs. En outre, les emprunteurs participent également au paiement des défaillances d’autres débiteurs. En effet, les taux d’intérêt sont ajustés en fonction de leur côté de solvabilité. Par conséquent, les emprunteurs présentant un risque de défaillance élevé doivent payer des taux d’intérêt plus élevés.

La banque veut aussi savoir si un débiteur ne pourra plus rembourser son emprunt. En effet, une défaillance diminue le bénéfice de la banque, car il lui manque alors une partie de l’argent qu’elle a prêtée. C’est à nouveau une des raisons pour lesquelles elle retient une partie de l’intérêt du prêt des épargnants. De cette façon, les coûts de défaillance sont répercutés sur les investisseurs. En outre, les emprunteurs participent également au paiement des défaillances d’autres débiteurs. En effet, les taux d’intérêt sont ajustés en fonction de leur côté de solvabilité. Par conséquent, les emprunteurs présentant un risque de défaillance élevé doivent payer des taux d’intérêt plus élevés.

Rapprochement des échéances non appariées

Les nombreuses transactions courantes ouvertes par une banque permettent également de résoudre un autre problème. En effet, les dépôts des épargnants et les prêts accordés ne sont souvent pas soumis aux mêmes échéances. C’est-à-dire que les dépôts des épargnants ne restent pas aussi longtemps à la banque que les prêts qui sont émis. En effet, de nombreux investisseurs souhaitent disposer de leur argent à tout moment, car ils pourraient éventuellement en avoir besoin à court terme. Cependant, la plupart des emprunteurs ont besoin d’argent sur le long terme (p. ex. pendant 5 ans). Dans ces conditions, la conclusion d’un contrat entre la personne A et la personne B ne serait pas possible. La personne A ne prêterait pas d’argent à la personne B. La personne B aurait besoin d’argent sur une durée de 5 ans, mais la personne A en aura à nouveau besoin dans 1 mois pour acheter quelque chose. Le regroupement de nombreux investisseurs et emprunteurs réduit la probabilité que tous les investisseurs retirent leur argent à court terme. Si cela se produit, la banque peut cependant emprunter de l’argent à d’autres banques ou à la Banque nationale. La personne A peut donc supposer avec certitude qu’elle pourra retirer l’épargne qu’elle a investie à tout moment.

Risque de taux / risque de marché

Les différentes échéances entraînent également un risque de taux pour la banque, qu’elle assume et tente de contrôler au moyen d’instruments spéciaux. Ce risque provient du fait que les emprunteurs préfèrent la sécurité et donc souvent un taux d’intérêt fixe pour toute la durée du prêt. Toutefois, les intérêts que la banque doit verser aux épargnants sont déterminés par le marché. La situation économique générale, ainsi qu’une période d’inflation, par exemple, peuvent avoir un impact significatif sur ces taux.

Supposons maintenant que la banque accorde à l’emprunteur B un prêt de 5 ans à un taux d’intérêt de 3 %. Le même jour, l’investisseur A dépose son épargne pour 1 année, pour laquelle la banque lui verse le taux d’intérêt de 1 % en vigueur sur le marché. Par souci de simplicité, supposons que le crédit de la personne B est constitué exclusivement de l’épargne de la personne A. Au cours de la première année, la banque réalise un bénéfice de 2 %. Après un an, les taux d’intérêt du marché grimpent à 3 %. Si la banque veut conserver l’épargne de la personne A, elle doit lui verser 3 % d’intérêts. Sinon, celle-ci ira déposer son argent dans une autre banque. La banque devrait alors rendre à la personne A la totalité de son dépôt. Elle ne peut cependant pas le faire, car elle ne récupérera pas le crédit de la personne B avant 4 ans. Étant donné que la banque a des milliers d’opérations de ce type en cours, elle ferait alors faillite dans cette situation. Par conséquent, la banque doit verser 3 % à la personne A au cours de l’année suivante et reçoit toujours un intérêt de 3 % de la personne B. Elle réalise donc un bénéfice de 0 %. Si les taux d’intérêt continuent d’augmenter l’année suivante, la banque subira même une perte. La Banque assume donc le risque de taux et cherche à le limiter à un niveau qu’elle peut supporter.

Problèmes des banques

Il existe aussi certains problèmes dans le système bancaire. La dépendance du client au conseil de la banque constitue un problème majeur des opérations bancaires. Souvent, le client n’est pas suffisamment informé ou ne comprend pas assez bien ces opérations. La banque et le conseiller en savent beaucoup plus. En conséquence, la banque est incitée à vendre au client le produit duquel elle, plutôt que lui, tirera le plus de bénéfices. Toutefois, elle a l’interdiction d’exploiter délibérément des informations exclusives (connaissances d’initiés) dans son propre intérêt et aux dépens des clients.

Un autre problème est ce qu’on appelle une panique bancaire. Il peut se produire dans une ou plusieurs banques en même temps. Par exemple, une banque se finance presque exclusivement par l’épargne (à court terme) qu’elle prête à long terme. Soudain, on apprend que la banque a subi des pertes importantes et que la totalité des épargnes n’est plus couverte. Tous les épargnants veulent alors retirer leur argent immédiatement. La banque ne peut cependant en verser qu’une petite partie, qu’elle conserve comme réserve. Elle a prêté le reste à long terme et ne pourra le récupérer que plus tard. Dans cette situation, la banque fait faillite, sauf si elle est soutenue par la Banque nationale.

La possibilité d’emprunter de l’argent auprès d’autres banques commerciales peut également avoir de graves conséquences. Si cela se produit à une trop grande échelle, il en résulte une forte interdépendance entre les différentes banques. Ainsi, en cas de faillite d’une banque, les conséquences peuvent immédiatement s’étendre à un large éventail d’autres banques.

La garantie implicite de l’État détenue par les grandes banques et celle, explicite, dont bénéficient les banques cantonales sont un autre problème. Comme les grandes banques sont très importantes pour l’État en raison de leurs nombreux dépôts, ce dernier peut décider d’en sauver une en cas d’urgence. La possibilité d’obtenir de l’argent de la part de la Banque nationale en cas d’urgence peut cependant créer des incitations négatives. Consciente de ces garanties et des possibilités de prélèvement, une banque pourrait par exemple se lancer dans des transactions plus risquées et avoir tendance à conserver trop peu de fonds propres afin de maximiser ses bénéfices (au moins à court terme).

Conséquences

Ces différents problèmes ont conduit de nombreux investisseurs et emprunteurs à faire confiance aux gens plutôt qu’aux banques. Par conséquent, ils se tournent de plus en plus vers des formes alternatives d’opérations financières. C’est le cas, par exemple, des transactions sur Internet, où de l’argent est échangé directement d’une personne à l’autre.

De plus, cela a conduit à une régulation plus stricte des banques. Les accords de Bâle III et les réglementations complémentaires applicables à la Suisse visent à minimiser la probabilité et les conséquences des faillites de grandes banques (voir l’article sur la réglementation bancaire).

Transactions boursières

La bourse est un autre marché pour l’échange de capitaux. Elle représente avant tout une alternative pour les entreprises et les investisseurs professionnels. Cependant, les investisseurs privés qui souhaitent échanger des sommes d’argent plus importantes que ce n’est souvent le cas dans le cadre de prêts bancaires, peuvent aussi en tirer profit. Les sociétés cotées en bourse doivent se conformer à des exigences comptables plus strictes, car elles sont considérées comme ayant un intérêt public accru. Il existe différents types de marchés boursiers sur lesquels, au lieu de prêts, une variété de titres (tels que des actions), de devises (créances en devises) ou de marchandises (matières premières, métaux, etc.) sont négociés. La cotation en bourse garantit que les titres acquis peuvent être revendus à tout moment, contrairement aux acquisitions hors bourse. La bourse de la place financière suisse est appelée SIX Swiss Exchange. Tout comme les banques, la bourse réunit l’offre et la demande de capitaux. Celles-ci déterminent alors les prix en vigueur (cours). En plus de l’offre et la demande, la notation d’une entreprise par une agence joue également un rôle important pour déterminer les prix des titres négociés. Cela s’applique aussi aux prix des obligations d’État.

Notation

La notation consiste généralement à évaluer la solvabilité d’un débiteur. Comme le font les banques, un département d’une entreprise (notation interne) ou une agence externe procède à une enquête de solvabilité. Ils calculent également la probabilité de défaillance selon certaines caractéristiques. Par exemple, ils examinent le fonctionnement d’une entreprise et dans quelle mesure elle est bien préparée pour affronter l’avenir.

L’impact d’une notation n’est pas négligeable. Tandis qu’une bonne notation conduit à des taux d’intérêt bas sur les crédits, une mauvaise notation aura exactement l’effet contraire. Les rétrogradations non justifiées sont donc problématiques. Par exemple, un emprunteur peut faire face à des difficultés de paiement en raison de taux d’intérêt plus élevés, même si sa situation était bonne avant la rétrogradation. De plus, il est problématique que seulement 4 agences de notation dominent 95 % du marché international de la notation. De ce fait, il n’y a pas de transparence sur les raisons ou l’origine d’une notation.

Résumé

Les banques jouent un rôle important sur le marché des capitaux parce qu’elles rassemblent des épargnants et des emprunteurs. En regroupant un grand nombre de fournisseurs et de demandeurs, il est possible d’éviter de nombreux problèmes qui peuvent survenir dans le cadre de contrats individuels. La bourse offre une alternative aux opérations bancaires. Il reste cependant à voir comment les problèmes relatifs à la notation seront résolus.


Literaturverzeichnis [ ein-/ausblenden ]


Text weiterempfehlen:  

Jetzt informiert bleiben!

Im­mer ein­fach und schnell Be­scheid wis­sen ü­ber Ab­stim­mun­gen und ak­tuel­le po­li­ti­sche The­men!

Tra­gen Sie sich kos­ten­los ein und wir in­for­mie­ren Sie acht mal pro Jahr ü­ber das Er­schei­nen der neus­ten In­for­ma­tio­nen.

Ihre E-Mail:

Text bewerten:

Sie haben den Text gelesen?
Bitte bewerten Sie ihn, damit wir unsere Qualität weiter sichern können. Danke!

Neutralität:
Einfachheit:
Gesamthaft:
Verbesserungsvorschläge / Feedback
optional

Kommentare von Lesern zum Artikel

Information zur Abschaltung der Kommentarfunktion

Der Verein Vimentis hat sich entschieden, die Kommentarspalte zu den Blogs zu schliessen. In der folgenden Erläuterung erfahren Sie den Grund für diesen Entscheid.

Der Blog, und dazu gehört auch die Kommentarspalte, sind ein wichtiger Teil der Diskussionsplattform von Vimentis. Gleichzeitig sind Werte wie Respekt, Anstand und Akzeptanz für den Verein von grösster Wichtigkeit. Vimentis versucht diese Werte selbst einzuhalten, sowie auch auf der Website zu garantieren.

In der Vergangenheit wurden diese Werte in der Kommentarspalte jedoch regelmässig missachtet, es kam immer wieder zu nicht tolerierbaren Aussagen in den Kommentaren. Das Löschen dieser Kommentare ist heikel und zudem mit grossem Aufwand verbunden, welcher der Verein nicht stemmen kann. Zusätzlich können die Kommentare praktisch anonym verfasst werden, weswegen eine Blockierung der jeweiligen Personen unmöglich wird.

Folglich hat der Verein Vimentis entschlossen, die Kommentarfunktion abzuschalten und nur den Blog stehen zu lassen. Der Blog erlaubt es Personen weiterhin, sich Gehör zu verschaffen, ohne sich hinter einem Pseudonym zu verstecken. Die Änderung sollte die Blog-Plattform qualitative verbessern und all jenen Personen ins Zentrum rücken, welche Interessen an einer sachlichen Diskussion haben, sowie die oben erwähnten Werte respektieren.